Satisfait.e ou remboursé.e

Livraison offerte à partir de 2 articles en France métropolitaine

Parrainez vos ami.e.s

0
VOTRE PANIER

Encore 2 culottes pour bénéficier de - 10% !

Votre panier est vide

Suivant →

avril 23, 2021 3 Temps de lecture

Par Valérie.

L’endomètre : tout ce qu’il faut savoir sur la muqueuse de l’utérus

L'endomètre est la muqueuse interne de l'utérus. Tous les mois avant les règles, il devient plus épais sous l'effet des hormones puis il desquame pendant la période de menstruation. En d’autres termes, c’est de la désagrégation de l’endomètre que proviennent les saignements des règles à la fin du cycle menstruel. Lorsque l'endomètre s'épaissit en dehors de la période de menstruation, il est de coutume de prescrire des examens pour écarter tout risque de prolifération de cellules signalant parfois la présence d’un cancer. 

 

Quel est le rôle de l’endomètre ?

L'endomètre correspond à la paroi interne de l'utérus. Son rôle est d’accueillir un ovule fécondé et de protéger l’embryon pendant sa croissance. En l’absence de fécondation et donc de grossesse, l'endomètre se désagrège, ce qui provoque les saignements des règles. Ensuite, sous l’effet des hormones sécrétées par les ovaires (œstrogènes), l'endomètre se reconstitue durant les 28 jours du cycle menstruel.

 

L’endomètre peut changer de taille : pourquoi ?

L’épaisseur de l’endomètre peut varier tout au long de la vie de la femme, de la puberté jusqu’à la ménopause.

Pendant la période de menstruation, l’endomètre est mince. Sa taille varie de 2 à 4 millimètres d’épaisseur.

Du 6e au 14e jour du cycle (phase proliférative) l’endomètre devient plus épais. Il peut mesurer entre 5 et 7 millimètres.

Au moment de la libération de l’ovule (14e jour du cycle) atteint sa taille maximum. Il oscille entre 11 et 16 millimètres.

Chez la femme ménopausée, l’endomètre mesure environ 5 millimètres ou moins.

 

Les causes possibles d’un endomètre trop épais ou trop fin

Les causes possibles d’un endomètre trop épais sont les suivantes :

  • l’obésité ;
  • le cancer de l'endomètre ;
  • un traitement hormonal de substitution (THS) ;
  • la prise de tamoxifène (médicament contre le cancer du sein chez la femme non ménopausée) ;
  • une hypertension artérielle chronique ;
  • la présence de polypes ;
  • le diabète ;
  • des cicatrices.

Les causes possibles d’un endomètre trop mince (7 mm ou moins) sont les suivantes :

  • l’âge de la femme ;
  • une inflammation ;
  • un traitement médical ;
  • la prise de pilule mini-dosée ;
  • certaines maladies de l’endomètre (endométriose, adénomyose, etc. );
  • une endométrite.

Pour mesurer l’épaisseur de l’endomètre, le médecin a recours à l’échographie. 

 femme en culotte menstruelle assise sur une chaise transparente

Le cancer de l’endomètre : symptômes et traitements

Le cancer de l’endomètre représente la quatrième cause de cancer de la femme. Il touche généralement la femme ménopausée (âge moyen du diagnostic de cancer de l’endomètre : 69 ans). Contrairement au cancer du col de l’utérus, il n’existe pas de vaccin pour prévenir le cancer de l’endomètre. Son taux d’incidence est d’après l’INCA (Institut national du cancer) de 10,8 pour 100 000. Ce cancer est de bon pronostic (notamment aux stades IA et stades IB où le cancer est limité à l’utérus) car son diagnostic est généralement posé de façon précoce. 

Les symptômes du cancer de l’endomètre sont les suivants :

  • saignements vaginaux chez la femme ménopausée ;
  • saignements en dehors de la période de menstruation chez la femme jeune ;
  • pertes nauséabondes ;
  • douleurs dans le bas du ventre ;
  • perte de poids anormale.

Les facteurs de risque du cancer de l’endomètre sont les suivants :

  • l’obésité ;
  • le diabète ;
  • les traitements à base d’hormones (œstrogènes).

Le diagnostic du cancer de l’endomètre nécessite les examens d’exploration suivants :

  • un frottis ;
  • une hystéroscopie diagnostique (exploration de l’endomètre et du col de l’utérus à l'aide d'un endoscope) ;
  • une biopsie (prélèvement des lésions pour préciser la nature exacte des tumeurs) ; 
  • un scanner ou une IRM (pour rechercher une éventuelle extension des tumeurs à d’autres organes).

Le traitement du cancer de l’endomètre repose sur une chirurgie comprenant une hystérectomie totale (ablation de l’utérus) et parfois l’ablation des ovaires et trompes. 

En fonction des cas, d’autres traitements peuvent être prescrits :

  • curiethérapie ;
  • radiothérapie ;
  • chimiothérapie ;
  • hormonothérapie.

 

Quand consulter le médecin ?

Certains signes provenant de l’endomètre méritent d’être évoqués avec le médecin. Il s’agit notamment des symptômes suivants :

  • douleurs pelviennes anormales ;
  • saignements après la ménopause ;
  • règles abondantes ou s’étalant sur une longue durée ;
  • cycles menstruels irréguliers (moins de 21 jours ou plus de 38 jours) ;
  • spotting entre les règles.

Lorsqu’on souffre d’une pathologie de l’endomètre, on peut être confrontée à divers désagréments : douleurs, spotting, règles hémorragiques… Autant dire qu’il est important d’être bien protégée. Pour rester confortable en toute circonstance, chez SMOON, on vote des deux mains pour la culotte menstruelle ! Réalisée dans une matière OEKO-TEX®, elle est garantie sans substance chimique nocive pour votre santé ou pour la planète. Hyper absorbante, elle peut retenir entre 15 et 20 ml de sang.


A propos ?

L'endomètre est la muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus. Elle est là pour permettre la nidation de l'ovule fécondée dans l'utérus pour entamer une grossesse.
L'endomètre se développe à la puberté et vient s'épaissir pendant le cycle menstruel, particulièrement à la phase folliculaire, il atteint son épaisseur maximale à l'ovulation.
Les symptômes d'un cancer de l'endomètre sont des pertes en dehors des menstruations, des pertes nauséabondes, des douleurs en bas de l'abdomen et une perte de poids anormale. Les facteurs risques sont le diabète, l'obésité et la prise d'œstrogène.