Satisfait.e ou remboursé.e*

 Parrainez un.e ami.e

0

Votre panier est vide

janvier 27, 2021

Par Valérie

 

La cup menstruelle : nos conseils pour des utilisatrices bien informées

 

La cup menstruelle est une protection hygiénique interne réutilisable.Alternative écologique aux tampons jetables, elle est appréciée pour son côté économique et zéro déchet. À quoi ressemble-t-elle ? Comment l’utiliser en toute sécurité ? À quoi faire attention pour choisir une cup de qualité ?

 

Une cup menstruelle : qu’est-ce que c’est ?

Elle a la forme d’une coupe souple ou d’une cloche, terminée par une petite tige ou un petit anneau. Elle est fabriquée en silicone, caoutchouc ou latex. Elle, c’est la cup menstruelle : une des protections hygiéniques modernes et économiques présentant une véritable alternative zéro déchetaux tampons jetables.

Le principe est simple : la cup n’absorbe pas le sang, elle le récolte et le retient en attendant d’être vidée à intervalle régulier par ses utilisatrices.

 

Comment utiliser la coupe menstruelle ?

Les présentations étant faites, on arrive au cœur du sujet : la cup, comment la placer ? En théorie, le positionnement d’une cup ne présente pas plus de difficulté que l’application d’un tampon. En pratique, il faut s’attendre à quelques changements. Avant toute chose, il faut savoir que la cup doit être propre avant de l’utiliser. Une petite stérilisation dans de l’eau bouillante fera l’affaire (surtout pas d’eau de javel : cup et chlore ne font pas bon ménage). Les mains et la cup sont propres ? On peut se lancer ! Première étape, on plie la cup en deux pour l’introduire plus aisément dans le vagin. Une fois en position, elle se déplie seule. Là, elle épouse les parois vaginales et adhère aux muqueuses de façon étanche pour éviter les fuites. Selon les modèles, la contenance de la cup peut varier de 10 à plus de 35 ml (soit l’équivalent de 2 tampons).

Pour retirer la cup, on tire délicatement sur la petite tige. Vous pouvez également pincer directement la base de la cup pour éviter l’effet ventouse et pousser légèrement avec les muscles du périnée. Veillez à maintenir votre cup à la verticale pour être sûr d’écarter tout risque de fuites.

Etape ultime : on vide le contenu de la cup dans les toilettes, avant de la rincer soigneusement et de la replacer.

                                                                                                         

Comment entretenir la cup menstruelle ?

Une stérilisation entre deux utilisations n’est pas toujours possible, alors le plus sûr est de laver votre cup avec du savon ou mieux avec un nettoyant dédié (non parfumé et pH neutre) dans le lavabo le plus proche avant de la replacer. En revanche, vous serez obligée de passer par la case stérilisation à la fin du cycle ou juste avant le prochain cycle. L’opération consiste à faire bouillir la cup menstruelle afin de la débarrasser des germes et mauvaises bactéries logés en surface. La stérilisation peut se faire à la casserole ou au micro-ondes.

Pourquoi prendre autant de précautions vous demandez-vous ? Pour éviter tout risque d’infections vaginales ou de syndrome du choc toxique (SCT). En effet, la coupe menstruelle contribue à la stagnation de sang à l’intérieur du vagin. Au bout d’un certain temps, ce sang en stagnation peut favoriser la prolifération de staphylocoques dorés responsables d’infections vaginales. Naturellement présentes sur les muqueuses, ces bactéries peuvent au pire des cas être à l’origine du syndrome du choc toxique (SCT). Particulièrement sournois, les staphylocoques dorés sont capables de résister au lavage classique. Seule une stérilisation à l’eau bouillante entre chaque utilisation peut en venir à bout.

 

Comment être sure de choisir une cup de qualité ?

Afin de choisir une cup de qualité à coup,l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) recommande de sélectionner les protections hygiéniques internes affichant les informations suivantes :

  • Avertissement sur le syndrome de choc toxique et les symptômes poussant à consulter rapidement son gynécologue ou son médecin ;
  • Mise en garde pour les utilisatrices ayant déjà reçu un diagnostic de syndrome de choc toxique pour lesquelles l’utilisation de protections hygiéniques internes est déconseillée ;
  • Recommandations sur la durée de port maximale (4 à 6 heures environ) excluant le port de la cup durant toute une nuit de sommeil ;
  • Indications sur les mesures d'hygiène indispensables (lavage des mains, désinfection de la cup entre chaque utilisation) ;
  • Précisions sur les règles d’usage (la coupe doit être portée exclusivement pendant les règles et vidée régulièrement).

 

Cup menstruelle :les avantages et les inconvénients

Après avoir écouté les retours de nombreuses utilisatrices, voici les bons points qu’on peut porter au crédit de la cup.

  • Premier point fort : la cup est une protection hygiénique réutilisable zéro déchet pouvant durer plusieurs années. Exit donc les tampons jetables nuisibles à l’environnement.
  • Deuxième point fort : la cup est économique. Son coût oscillant entre 15 et 30 euros est rentabilisé dès 6 mois d’utilisation.
  • Troisième point fort : la cup peut être changée moins fréquemment qu’un tampon (jamais au-delà d’un intervalle de 4 heures) : sa contenance peut aller jusqu’à 35 ml (soit l’équivalent de 2 tampons) ;
  • Quatrième point fort : la cup est hypoallergénique et respectueuse de la flore vaginale. Elle constitue une alternative attractive pour les utilisatrices pour qui protections hygiéniques internes riment avec mycose, irritation et infection.

Parce que toute médaille comporte un revers, voici les points faibles souvent cités au sujet de la cup.

  • Premier inconvénient : la cup peut être difficile à manier au début. Son insertion nécessite parfois un lubrifiant quand le flux menstruel est léger. Dans la plupart des cas, on peut dire au-revoir aux ongles longs si on ne veut pas se blesser lors de sa mise en place et de son retrait. Sans compter les nombreux petits accidents provoqués par le fameux effet ventouse. Outre les projections ou taches de sang inopinées, le retrait de la cup peut s’avérer un peu douloureux.
  • Deuxième inconvénient : la cup doit être vidée aux toilettes et nettoyée au maximum toutes les 4 heures. Cette contrainte implique la proximité d’un point d’eau. En cas de règles abondantes, il faudra répéter l’opération 3 à 5 fois par jour !
  • Troisième inconvénient : la cup peut être déconseillée à certaines femmes. Il s’agit notamment des utilisatrices portant un stérilet (faible danger d’expulsion dû à l’effet ventouse) et des jeunes mamans dans les semaines suivant l’accouchement.
  • Quatrième inconvénient : l’utilisation prolongée de la cup comporte autant de risque de SCT (syndrome du choc toxique) que celle d’un tampon. On ne peut donc pas la porter plus de 4 heures d’affilée. Impossible de ce fait de porter une cup pendant une nuit de sommeil. Il faudra alors prévoir également d’investir dans une protection externe type culotte menstruelle avec une matière anti bactérienne.

Le duo gagnant Cup + culotte menstruelle sera aussi l’option idéale pour les sportives et toutes celles qui préfèrent être prévoyantes en ayant toujours une solution de rechange à portée de main.