La cyprine : définition, fonction, production et lubrification

D’où vient la cyprine ? De quoi est-elle composée ? Comment la différencier des pertes blanches ? Peut-on modifier son goût ? On vous dit tout sur la cyprine, ce liquide que sécrète le vagin notamment pendant l’excitation sexuelle.

Définition de la cyprine : de quoi parle-t-on ?

On parle facilement de sperme et on n’a aucun problème à se le représenter. Mais que sait-on de la substance féminine qui s’en rapproche le plus, la cyprine ? Comme le faisait justement remarquer le magazine Néon dans son numéro #80, le terme n’est même pas entré dans tous les dictionnaires… Bref, à part dans le rap, la cyprine reste taboue. Parlons donc de cette substance qui s’écoule du vagin lorsqu’une personne de sexe féminin est excitée sexuellement.

La cyprine, aussi connue comme la "mouille" féminine, joue un rôle clé dans la sexualité. Cette sécrétion vaginale, produite par les glandes de Bartholin, signale l'excitation sexuelle et assure une lubrification naturelle. Sa couleur, son odeur et son goût peuvent varier. Découvrons ensemble les mystères de cette fonction biologique essentielle.

Comprendre la cyprine

La cyprine est une sécrétion vaginale essentielle pour la lubrification et la protection de l'appareil génital féminin. Composée principalement d'eau, d'urée, de protéines et de bactéries, elle est produite par les glandes de Bartholin, situées à l'entrée du vagin.

  • En réponse à l'excitation sexuelle, la production de cyprine augmente pour faciliter la pénétration et le confort lors des rapports sexuels.
  • Au-delà de son rôle lubrifiant, la cyprine contribue également à la protection de la zone génitale. En effet, sa composition riche en micro-organismes, notamment la flore vaginale, permet de défendre le système génital contre les infections.

Ainsi la cyprine joue un rôle crucial dans les fonctionnements sexuel et sanitaire de l'appareil génital féminin.

Définition médicale de la cyprine

D'un point de vue médical, la cyprine est une sécrétion physiologique produite par les glandes de Bartholin et de Cooper situées à l'entrée du vagin. Cette sécrétion est déclenchée par l'excitation sexuelle, témoignant ainsi du désir de la femme.

La cyprine possède une composition complexe, incluant :

  • de l'eau
  • de l'urée
  • des protéines
  • des bactéries
  • de l'aldéhyde et des acides acétique et lactique.

Elle a une apparence généralement visqueuse et translucide.

La cyprine a principalement deux fonctions :

  • Elle sert de lubrifiant naturel pour faciliter la pénétration lors des rapports sexuels et quand vous allez faire l'amour.
  • Elle contribue à maintenir un environnement vaginal sain en équilibrant le pH et en empêchant la prolifération de certaines bactéries pathogènes.

Il est à noter que la quantité et la qualité de la cyprine peuvent varier en fonction du cycle menstruel, de l'âge, des facteurs hormonaux et de la santé générale de la femme.

Étymologie et usage du terme "cyprine"

L'origine du mot "cyprine"

Le terme "cyprine" possède des origines diverses, témoignant de sa richesse sémantique. Il est d'abord dérivé du terme latin « Cypris », utilisé par les poètes pour désigner Vénus, la Déesse de l'amour, faisant ainsi référence à la sexualité féminine.

De plus, il est aussi associé au terme latin « Cyprinus » qui signifie « de cuivre », en raison de l'analogie de couleur entre certaines pierres et le cuivre. Notons également un lien avec la mythologie romaine, notamment la déesse de l'amour et de la beauté Vénus, encore une fois soulignant le rapport intime de la cyprine avec la sexualité et la féminité.

Utilisation courante et synonymes de la cyprine

Dans le langage courant, le terme "cyprine" est fréquemment utilisé pour désigner la sécrétion vaginale liée à l'excitation sexuelle. Il existe toutefois plusieurs synonymes pour ce mot, variés selon les registres de langue, les époques et les usages.

Voici quelques synonymes couramment utilisés :

  • "Mouille", terme populaire.
  • "Foutre", terme plus argotique.
  • "Liquide éjaculatoire", terme plus scientifique.

Mais encore :

  • Le terme "sève" peut également être utilisé, évoquant une analogie avec la nature et la fécondité.

  • Dans un registre plus cru ou argotique, on retrouve des expressions comme "jus" ou "crème".

  • Le terme "femme fontaine" est parfois employé pour désigner une femme dont la sécrétion de cyprine est particulièrement abondante.

Il est essentiel de comprendre que l'utilisation de ces synonymes peut varier en fonction du contexte et de l'interlocuteur.

Fonction de la cyprine dans le corps féminin

La cyprine possède plusieurs fonctions essentielles pour la santé et le bien-être des femmes.

Premièrement, elle agit comme un lubrifiant naturel lors des rapports sexuels en humidifiant l'entrée du vagin et en facilitant la pénétration.

Ensuite, elle joue un rôle dans le maintien de l'équilibre du microbiote vaginal. En effet, sa composition inclut de l'acide lactique, produit par la flore vaginale, ce qui contribue à maintenir un pH acide (entre 3,8 et 4,5) nécessaire pour prévenir le développement de bactéries pathogènes.

De plus, la cyprine a un rôle autonettoyant, contribuant à l'évacuation des cellules mortes et des résidus dans le vagin.

Enfin, elle favorise la fécondité en aidant à la migration des spermatozoïdes vers l'utérus lors de la reproduction.

Il est à noter que la production de cyprine est influencée par différents facteurs tels que l'excitation sexuelle, le cycle menstruel et l'état hormonal de la femme.

La production de cyprine : quand et pourquoi ?

Pourquoi une femme mouille ?

La "mouille" ou cyprine est produite en réponse à l'excitation sexuelle. Ce phénomène est dû à la stimulation des glandes de Bartholin, situées de part et d'autre de l'entrée du vagin.

L'augmentation du flux sanguin dans cette région, causée par l'excitation, provoque la libération de ce liquide.

Ce phénomène a plusieurs fonctions :

  • Il protège la muqueuse vaginale contre les irritations et les infections, grâce à sa composition (eau, urée, acide lactique, aldéhydes, cétones et de nombreux micro-organismes bactériens).
  • Il facilite la pénétration en réduisant la friction.

Il est à noter que cette production de cyprine peut varier en fonction de différents facteurs tels que :

  • le niveau d'excitation
  • le cycle menstruel
  • l'âge
  • ou encore la santé générale de la femme.

L'influence des hormones sur la production de cyprine

La production de cyprine est étroitement liée aux variations hormonales du cycle féminin.

L'œstrogène est l'hormone principale qui régule cette sécrétion. Lors de la phase pré-ovulatoire, où le taux d'œstrogène est à son apogée, la production de cyprine est généralement plus importante.

Inversement, lors de la phase post-ovulatoire, le taux d'œstrogène diminue, laissant place à la progestérone, ce qui peut entraîner une diminution de la production de cyprine.

Des déséquilibres hormonaux, comme ceux observés lors de la ménopause ou en cas de stress, peuvent également influencer la production de cette sécrétion.

Description physique de la cyprine

Couleur et texture de la cyprine

La cyprine est généralement incolore et de texture élastique. Cependant, ces caractéristiques peuvent varier en fonction de différents facteurs tels que le cycle menstruel, l’alimentation, la consommation d’alcool ou de drogues, l’âge et les gènes.

Si la cyprine change de couleur et devient marron ou jaune, cela peut être le signe d'une infection vaginale. De même, une variété de texture peut être observée en fonction de l'état d'excitation sexuelle, la phase du cycle menstruel ou la présence d'infections.

Il est également possible de noter une altération de l'aspect de la cyprine en cas de stress ou de mauvaise alimentation, sans que cela n'altère ses fonctions.

Odeur et goût : ce qu'il faut savoir

L'odeur et le goût de la cyprine peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs. En général, la cyprine a une odeur légèrement acide et un goût qui peut être décrit comme neutre ou légèrement salé.

Cependant, ces caractéristiques peuvent être influencées par des éléments tels que :

  • L'alimentation : certains aliments peuvent modifier l'odeur et le goût de la cyprine, tout comme ils peuvent affecter la transpiration ou l'haleine. Par exemple, une alimentation riche en épices, ail ou asperges peut donner une odeur ou un goût plus fort à la cyprine.
  • Le cycle menstruel : la composition de la cyprine change tout au long du cycle menstruel, ce qui peut influencer son odeur et son goût.
  • L'hygiène personnelle : une mauvaise hygiène peut augmenter l'acidité de la cyprine et donner une odeur désagréable. À l'inverse, une hygiène excessive peut perturber la flore vaginale et altérer l'odeur naturelle de la cyprine.

Il est important de noter que si l'odeur de la cyprine devient très forte ou désagréable, ou si elle s'accompagne de symptômes tels que des démangeaisons, des brûlures ou des pertes inhabituelles, il peut s'agir d'une infection et il est recommandé de consulter un professionnel de santé.

La cyprine et l'hygiène intime

Distinguer cyprine et pertes vaginales anormales

La cyprine et les pertes vaginales sont deux types de sécrétions distincts. La cyprine, produite en réponse à l'excitation sexuelle, est généralement incolore, de texture élastique et peut avoir une odeur légèrement acide. Les pertes vaginales normales, aussi appelées leucorrhées, peuvent varier en couleur et en texture selon la phase du cycle menstruel.

En revanche, des pertes vaginales anormales peuvent indiquer un dérèglement hormonal ou une infection. Elles peuvent être abondantes, de couleur jaune verdâtre, mousseuses et avoir une odeur de poisson. Des signes supplémentaires comme des démangeaisons, des brûlures, une inflammation de la vulve ou des douleurs lors des rapports sexuels ou de la miction peuvent également être présents.

Il est essentiel de connaître la différence entre ces deux types de sécrétions pour maintenir une bonne santé génitale et détecter rapidement tout problème potentiel. Si vous constatez des changements inhabituels dans vos sécrétions vaginales, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé.

Quand parle-t-on de "vagin sale" ?

On parle de "vagin sale" dans le cadre de l'hygiène intime, quand des déséquilibres dans les sécrétions vaginales et la flore intime sont présents. Ces déséquilibres peuvent être causés par différents facteurs : une mauvaise hygiène, des douches vaginales excessives, l'utilisation de savons inadaptés, ou encore des changements hormonaux.

Symptômes observables :

  • Odeurs fortes et désagréables
  • Changements de couleur, texture ou quantité de la cyprine
  • Irritations, démangeaisons ou brûlures au niveau du vagin
  • Inconfort lors des rapports sexuels.

Ces symptômes peuvent indiquer la présence d'une infection vaginale, comme la vaginose bactérienne ou le candida, et nécessitent une consultation médicale. Il est crucial de rappeler que chaque femme a une odeur intime naturelle, et que celle-ci ne doit pas être considérée comme un signe de saleté.

La composition chimique de la cyprine

La cyprine est composée principalement d'eau, mais contient également une variété d'éléments chimiques. Parmi ceux-ci, on trouve l'urée, une substance filtrée par les reins, l'acide lactique, les squalènes ainsi que les cétones.

Elle renferme aussi des protéines, des aldéhydes et des acides acétiques. En outre, la cyprine contient une abondante flore bactérienne, jouant un rôle protecteur contre les infections.

Notons également la présence de sels minéraux et de vitamines, contribuant à maintenir un environnement vaginal sain. La composition chimique peut varier en fonction de divers facteurs, y compris le cycle menstruel, l'âge et la santé générale de la femme.

La cyprine dans le contexte sexuel

Le rôle de la cyprine dans la lubrification vaginale

La cyprine joue un rôle primordial dans la lubrification vaginale. Cette sécrétion naturelle, produite par les glandes de Bartholin lors de l'excitation sexuelle, permet de faciliter la pénétration pendant le rapport sexuel.

En plus de sa fonction lubrifiante, la cyprine a également un rôle protecteur. En effet, elle contient une flore bactérienne qui agit comme une barrière contre les infections.

La quantité de cyprine produite peut varier d'une femme à une autre et en fonction du niveau d'excitation. En cas d'insuffisance de lubrification naturelle, il est possible d'utiliser un lubrifiant intime pour pallier ce manque.

Cyprine et plaisir féminin : un lien à explorer

Au-delà de sa fonction lubrifiante, la cyprine est intimement liée au plaisir féminin. Sa production est souvent associée à un niveau élevé d'excitation, et sa présence contribue à rendre les rapports sexuels plus agréables et confortables. Elle facilite la pénétration, réduisant les frottements et donc les risques d'irritation ou de douleur.

Ainsi, la cyprine peut être vue comme un indicateur du désir et du plaisir féminin, bien que sa quantité ne reflète pas systématiquement l'intensité de ces sentiments. 

Il est également important de noter que la production de cyprine peut être influencée par de nombreux facteurs, dont l'âge, la santé générale, le cycle menstruel et même l'état psychologique.

De plus, certaines femmes peuvent ne pas produire beaucoup de cyprine, même lorsqu'elles sont fortement excitées. Ces variations sont tout à fait normales et ne doivent pas être source d'inquiétude ou de honte.

Des questions ?
On y répond...

Comment s'appelle le liquide qui sort de la femme ?

Le liquide qui sort de la femme lors de l'excitation sexuelle est communément appelé la cyprine ou la "mouille" en langage courant. Il est sécrété par les glandes de Bartholin situées au niveau des grandes lèvres de la vulve. Une autre sécrétion, différente de la cyprine, peut être libérée au moment de l'orgasme, on parle alors d'éjaculation féminine. Il est à noter que ce phénomène est moins courant et que la quantité de liquide émise varie d'une femme à l'autre.


C'est quoi un verre de cyprine ?

Le terme "verre de cyprine" est utilisé dans le langage familier pour désigner une quantité de cyprine, souvent dans un contexte d'échange sexuel. Ce terme est imagé et n'a pas de réalité médicale ou scientifique. Il souligne la dimension de partage et d'exploration sensorielle qui peut être associée à la cyprine dans les pratiques sexuelles.

À quoi ressemble la cyprine ?

La cyprine est un fluide translucide, à la texture plutôt élastique, qui peut être produite en quantités variables.

Plusieurs facteurs peuvent modifier son aspect, tel que le cycle menstruel, la contraception ou l’hygiène de vie, dont l’alimentation. Certains médicaments peuvent également agir sur la composition et la production de la “mouille”.

Si la cyprine change d’odeur et prend une teinte anormale, cela peut être le signe d’une infection.


Quelle est la différence entre la cyprine et les pertes blanches ?

À première vue, difficile de différencier la cyprine des pertes blanches : toutes deux sont des sécrétions vaginales plutôt visqueuses et transparentes, même si l’aspect de la cyprine peut varier en fonction du cycle ou d’une infection vaginale.

Cependant, la cyprine et les pertes blanches ne sont pas sécrétées pour les mêmes raisons. La première est produite lors de l’excitation sexuelle, tandis que les secondes assurent un rôle auto-nettoyant pour le vagin. Les pertes blanches ont justement pour fonction d’éliminer les cellules mortes, ainsi que la cyprine.

Quel goût a la cyprine ?

D’un point de vue gustatif, la cyprine, que l’on peut notamment être amené·e à goûter lors d’un cuninlingus, tend plutôt vers un goût acide. Cependant, comme pour son aspect, son goût peut varier en fonction des fluctuations hormonales et de l’hygiène de vie.

La cyprine est-elle le sperme féminin ?

La cyprine est souvent désignée comme l’équivalent féminin du liquide pré-séminal chez l’homme, puisqu’elle s’en rapproche dans sa composition comme dans sa fonction.

En revanche, en cas d’éjaculation féminine, le fluide produit n’est pas le même, puisque celui-ci provient des glandes de Skene, situées le long de l’urètre. La mouille est donc différente de l’éjaculat féminin.


La cyprine a-t-elle des bienfaits ?

Les mythes abondent concernant les soi-disants bienfaits du sperme. Du côté de la cyprine, c’est simple : il n’y a rien. Un déséquilibre qui trouve sa source dans des siècles de société patriarcale, qui valorise le sexe masculin au détriment de la sexualité et du désir féminins, longtemps tabous. 

Pendant que la semence masculine est érigée en symbole de la fertilité et de la toute-puissance virile, l’existence et l’importance de la cyprine sont tout simplement tues”, écrit une journaliste de Cheek magazine.

Est-il possible de faire une allergie à la cyprine ?

Il est possible de faire une réaction allergique à la cyprine, même si les allergies sexuelles demeurent plutôt rares. Cette allergie, qui se déclare chez le ou la partenaire sexuel, se manifeste par des démangeaisons, des rougeurs ou des brûlures au niveau des zones ayant été en contact avec la substance. Ces symptômes surviennent généralement dans les dizaines de minutes qui suivent le rapport sexuel.

S’il est possible que des hommes manifestent des symptômes d’allergie au contact de leur propre sperme, aucune étude scientifique ne permet encore d’affirmer que l’équivalent féminin existe avec la cyprine.

Peut-on changer le goût ou l’odeur de la cyprine ?

L’aspect, le goût et l’odeur de la cyprine peuvent être influencés par les hormones comme par l’alimentation, le stress, la consommation d’alcool ou de drogues…

Les pilules promettant de modifier le goût et/ou l’odeur de la cyprine ne sont pas recommandées par le corps médical. En revanche, quelques changements dans l’alimentation pourraient influencer la production de cyprine.

Les fruits acides tels que les ananas ou les oranges permettraient d’abaisser le pH du corps. A contrario, d’autres aliments comme l’ail ou les asperges donneraient une odeur forte et plutôt désagréable à l’urine ainsi qu’aux sécrétions vaginales.

L’effet de ces aliments sur le goût et l’odeur de la cyprine ne sont pas totalement prouvés mais contrairement aux cachets, tester ne représente aucun danger.

Consultez notre FAQ
une femme porte la culotte menstruelle taille haute noire avec les mains sur la tête