Satisfait.e ou remboursé.e*

 Parrainez un.e ami.e

0

Votre panier est vide

février 18, 2019

Par Valérie

 

Comment pratiquer le flux instinctif libre ?

Le flux instinctif libre ou le free flow instinct est une méthode qui vise à maîtriser son flux sanguin pendant les règles. À quelles femmes s’adresse cette technique ? Présente-t-elle des contrindications ? On vous donne quelques informations ici.

 

Pourquoi se mettre flux instinctif libre ?

En théorie, le flux instinctif libre (ou free flow instinct chez nos amis d’outre-Atlantique) comporte de nombreux avantages :

-          Une méthode économique : saviez-vous que les femmes dépensent en moyenne 18 euros par cycle pour leurs protections périodiques ? Sans compter les culottes neuves régulièrement achetées à cause des fuites lors des menstruations. En pratiquant le flux instinctif libre, vous pourrez dire adieu aux protections périodiques : serviette, tampon ou cup menstruelle.

-          Une méthode écolo : si vous vous souvenez de notre dernier article de blog sur la réduction des déchets pendant les menstruations, vous savez que 45 milliards de serviettes hygiéniques sont jetées chaque année dans le monde. Chacune d’entre elles met environ 500 ans pour se dégrader. D’un point de vue écolo, c’est une véritable catastrophe. Ici, vous n’avez rien besoin de plus que vos petits muscles du périnée pour vous aider à rester au sec !

-          Une méthode saine : grâce au flux instinctif libre, vous évacuez les protections périodiques et dans la foulée vous évitez les produits toxiques aux noms barbares contenus dans les serviettes et tampons jetables vendus en grande surface : BMHCA, HAP, pesticides, dioxines, furanes, DnOP, …

-          Une méthode émancipatrice : avec le flux instinctif libre, vous n’êtes plus tributaire de vos règles. Vous n’avez donc plus besoin de demander à votre meilleure copine si elle a un tampon dans son sac ! Dorénavant, vos meilleurs alliés, vous les trouverez en vous-même, avec en tête de liste : votre capacité à être à l’écoute de votre corps !   

 

Flux instinctif libre : concrètement, on fait comment ?

En pratique, si vous vous êtes mis en tête de tester le flux instinctif libre, attendez-vous à bousculer quelque peu vos habitudes. Il vous faudra tout d’abord un peu de patience, pas mal de travail et beaucoup de sérénité. La technique viendra au fur et à mesure. Profitez d’un moment de tranquillité comme les vacances pour commencer votre apprentissage. Prenez un peu de temps pour muscler votre périnée et testez cette technique de contrôle un jour de flux sanguin léger à modéré. Nous vous conseillons également de vous équiper de culottes menstruelles SMOON afin de vous lancer sans risquer de tâcher vos vêtements. Ensuite, de la même manière que vous le feriez lors d’une séance de méditation, soyez à l’écoute de votre corps.

Pour bien comprendre où se situe l’enjeu, voici quelques informations sur le fonctionnement de l’utérus et du vagin pendant le cycle.

Le sang des menstruations provient de l’utérus où l’endomètre (paroi utérine) se détache en fin de cycle lorsqu’aucune fécondation n’est intervenue et qu’il n’y a pas de grossesse. Cette désagrégation de l’endomètre se fait au fur et à mesure, sous l’effet des contractions de l’utérus. Ces contractions provoquant de légères douleurs permettent de repérer l’approche du flux sanguin. Le défi, si vous l’acceptez consiste à identifier ces contractions utérines puis à retenir le flux de sang en contractant les muscles du périnée. Ensuite, il vous suffit de filer aux toilettes et de décontracter les muscles pelviens et notamment les muscles du périnée afin de relâcher la pression et laisser couler le sang retenu à l’intérieur. 

 

Flux instinctif libre : l’importance du périnée

La méthode du flux instinctif libre se fonde en grande partie sur la contraction du périnée qui permettrait de retenir le flux de sang pendant les menstruations. Mais au fait, le périnée, c’est quoi ?

Le périnée ou plancher pelvien est un groupe de muscles et de ligaments qui s’étend dans le petit bassin, entre le pubis et le coccyx. Son rôle ? Soutenir les organes situés dans le pelvis (petit bassin) comme la vessie, le rectum ou l’utérus. Il permet également de contracter le vagin et participe au mécanisme de la continence urinaire et fécale. Parfois, le périnée n’assure plus correctement son rôle pour différentes raisons : grossesse, accouchement, constipation ou toux chroniques, obésité, vieillissement. Les conséquences de ce relâchement sont souvent minimes et passagères. Parfois, elles sont plus gênantes : béance vaginale, incontinence urinaire ou fécale, prolapsus génital (descente d’organe).

Pour retrouver une bonne tonicité, le gynécologue prescrira des séances de rééducation sous le contrôle d’un kiné ou d’une sage-femme. Il faut attendre en général 6 à 8 semaines avant de commencer sa rééducation périnéale après un accouchement.

 

La polémique autour du flux instinctif libre

Bien que le flux instinctif libre ait l’air simple en théorie, rares sont les femmes qui continuent à le pratiquer sur la durée. En effet, d’après le témoignage de plusieurs « apprenties », cette méthode est :  

-          Contraignante : pour pratiquer le flux instinctif libre, il vous faut non seulement et impérativement des toilettes aux alentours, tout du moins au début, mais vous aurez besoin également de moment de calme pour garder la tête froide et ressentir les sensations dans votre corps. La chose n’est pas aisée quand on court partout et que l’on passe du métro bondé le matin aux innombrables tâches qui nous attendent au travail.   

-          Inaccessible pour certaines femmes : pour celles ayant des règles irrégulières, mais surtout des règles abondantes, voire très abondantes, la méthode peut se révéler décourageante. Stopper un écoulement quasi illimité grâce au flux instinctif libre relève presque de l’impossible. À moins de passer sa vie aux toilettes. Une situation quasiment intenable pour celles d’entre nous qui portent un stérilet au cuivre. Même constat pour celles qui essaieraient cette méthode juste après un accouchement. Votre gynécologue vous déconseillera formellement l’apprentissage du flux instinctif libre sans avoir mené au bout votre rééducation périnéale.

-          Compliquée anatomiquement : contrairement à l’urine dont la sortie est soumise au contrôle de notre urètre, pour nos menstruations, il n’y a aucun sphincter (muscle circulaire autour d'un conduit naturel qu’il ferme par contraction) empêchant le flux sanguin de s’écouler. Nous ne pouvons compter que sur notre muscle périnéal pour entraver sa sortie. Autant dire qu’on n’a pas intérêt à se relâcher. Sinon, c’est la catastrophe assurée.

-          Incertaine la nuit : même si l’on dort, notre corps lui continue de fonctionner et notre sang de s’écouler. La question se pose alors : qu’en est-il de l’instinct pendant notre sommeil ? Et comment empêcher l’écoulement lorsque nous relâchons nos muscles pour dormir ?

-         Potentiellement dangereuse : en empêchant le sang de s’écouler vers le vagin et la vulve, on prend donc le risque de le voir refluer vers l’utérus puis vers les trompes. Ce phénomène selon certains gynécologues pourrait être responsable d'une infection pelvienne. Pire, il pourrait être à l'origine d'une endométriose. (Pour rappel, l’endométriose est une maladie qui se caractérise par la présence en dehors de la cavité utérine de cellules de l'endomètre (paroi interne de l’utérus). L’endométriose peut toucher les ovaires, le rectum, la vessie. La théorie de la régurgitation d’endomètre au cours des règles (théorie de l’implantation) permettrait d’expliquer ce phénomène. En clair, lors de la menstruation, sous l’effet des contractions utérines, une partie du sang serait refoulée dans les trompes et aboutirait sur les organes voisins.

Autant dire que le flux instinctif libre laisse planer des incertitudes quant à son innocuité. Inutile de préciser que cette technique est particulièrement déconseillée aux femmes souffrant d'endométriose.

 

Au-delà des avantages et des inconvénients du flux instinctif libre, c’est avant tout une question de ressenti. Être à l’écoute de son corps n’est pas toujours facile, mais si vous êtes à l’aise avec vos sensations (et vos menstruations), il ne vous reste plus qu’à tester par vous-même. Et pour toutes les femmes qui ne se sentent pas prêtes à sauter le pas, mais qui ont envie de libération vis-à-vis des protections périodiques classiques, les culottes menstruelles sont les alliées idéales ! Retrouvez notre article sur les 5 bonnes raisons d'adopter une culotte menstruelle.