📮Livraison offerte en France métropolitaine ! 

0

Votre panier est vide

avril 14, 2020

Par Elise

Règles douloureuses : quand les tisanes soulagent

Quand on souffre dedysménorrhée - ou plus simplement derègles douloureuses - on est preneuse de tout ce qui peut nous soulager. Mais les anti-inflammatoires causent des dégâts à terme et même, peuvent s’avérer inefficaces. Et si on passait aux plantes pour se faire du bien ? Voici 3 recettes de tisanes pour soulager la douleur pendant cette période du cycle. 

Règles douloureuses : le gingembre en journée

On connaît bien le gingembre pour ses vertus tonifiantes ou encore pour son action contre les maux de gorge ou la nausée. On lui prête même des vertus aphrodisiaques. Mais on sait peu que cette racine originaire d’Asie du Sud-Est a des propriétés anti-inflammatoires. Elle est de plus anti-spasmodique et lutte contre les crampes abdominales. Cela fait du gingembre un allié puissant contre les douleurs qui précèdent ou accompagnent les règles. 
Pour profiter de ses bienfaits, vous trouverez des infusions au gingembre déjà prêtes dans le commerce, mais l’idéal est d’acheter un rhizome frais (au rayon légumes du supermarché ou chez le primeur) et de faire votre propre tisane. 

Recette de tisane maison au gingembre

Épluchez un morceau de gingembre frais et râpez-le dans un bol pour obtenir l’équivalent de 3 bonnes cuillères à soupe. Versez-les ensuite dans un demi-litre d’eau portée à ébullition, éteignez le feu et laissez infuser de 15 à 45 minutes selon que vous appréciez ou non le côté piquant du gingembre. Filtrez, et buvez votre tisane chaude ou froide au long de la journée, de préférence en dehors des soirées car le gingembre est stimulant.

 

La valériane en soirée

La valériane, encore connue sous le nom d’Herbe-aux-chats ou guérit-tout, est elle aussi un anti-spasmodique et calme les contractions utérines pendant les menstruations. Ainsi que les migraines. Et les Grecs s’en servaient déjà sous l’Antiquité pour calmer l'agitation nerveuse et les troubles du sommeil. La Valériane vous aidera donc en plus à bien dormir pendant vos règles. Concoctez-vous une bonne tisane de cette plante magique et enfilez votre culotte menstruelle pour passer une douce nuit !

 

Recette d’infusion maison à la valériane

Chez l’herboriste, procurez-vous de la racine de valériane séchée. Versez-en 3 grammes soit l’équivalent d’une cuillère café dans 250 ml d’eau bouillante. Laissez infuser dix minutes minimum pour profiter de ses substances actives, et filtrez. Le goût de la valériane n’est pas vraiment agréable, c’est là son seul défaut. Pour le masquer, ajoutez de la verveine, du miel ou pourquoi pas un nuage de lait, qui tous trois favorisent le calme.

 

L’alchémille en cas de règles abondantes

L’alchémille est une jolie plante médicinale d’Europe qu’on utilisait autrefois pour des raisons un peu particulières. On pensait en effet que ses vertus astringentes avaient le pouvoir de raffermir l’appareil génital féminin. Certaines femmes s’en servaient alors pour se faire passer pour vierges avant un mariage, d’où son autre nom de Manteau des Dames. Aujourd’hui on utilise l’alchémille pour réduire le flux desrègles abondantes car elle stimule la production deprogestérone. Et oui. Si on manque de cette hormone - produite durant la seconde partie de notrecycle menstruel - on a généralement des saignements plus abondants et les seins plus tendus. 
Vous pouvez faire pousser de l’alchémille sur un balcon ou dans un jardin, car elle est rustique et peu exigeante. Mais vous trouverez facilement des tisanes toutes prêtes en magasin bio, ou en vrac pour faire une infusion maison !

Recette de tisane maison à l’alchémille

Pour préparer une décoction d’alchémille contre les troubles gynécologiques, laissez simplement infuser 7 grammes de feuilles séchées dans 250 ml d’eau portée à ébullition, puis filtrez.
Attention, à forte dose toute plante peut entraîner des effets indésirables (par exemple côté gingembre, irriter l’estomac). Ne dépassez donc pas 4 tasses par jour. En cas de doute, parlez-en avec votre médecin.