📮Livraison offerte en France métropolitaine !

Parrainez un.e ami.e

0

Votre panier est vide

juin 11, 2020

Par Elise

L'acné hormonale : comprendre et vivre avec

A tout âge, l’acné est un complexe. D’autant que l’acné hormonale n’est pas l’apanage des ados. Elle touche aussi les adultes, en particulier… les femmes ! A 20 ans, une sur deux en serait victime, puis un une sur trois à 30 ans et une sur quatre à 40. Elle nous laisse tranquille seulement après la ménopause. De quoi déprimer un peu. Mais pourquoi a-t-on de l’acné ? Et comment s’en débarrasser ?

Comment reconnaît-on l’acné hormonale ?

L’acné hormonale se reconnaît facilement par sa localisation particulière. Chez la femme ou la jeune fille, elle apparaît sur le bas du visage (menton, mâchoire) et chez l’homme ou le jeune homme, dans le dos. Chez les femmes, elle est souvent plus prononcée chaque mois juste avant les règles, ou à la pré-ménopause, mais ce n’est pas une règle absolue. A la différence de l’acné juvénile, qui provoque points blancs et points noirs, l’acné hormonale se présente plutôt sous la forme de boutons ou de micro kystes douloureux, aussi joliment nommés papules et nodules… 

Mais pourquoi a-t-on de l’acné ? 

Qu’elle soit hormonale ou non, l’acné est due à un excès de sébum (il fait partie du film hydrolipidique participant à la bonne hydratation de notre peau). Quand celui-ci est produit en quantité excessive par les glandes sébacées, il ne peut pas s’évacuer correctement. Une vilaine bactérie naturellement présente dans le sébum (la propionibacterium acnes ) va alors en profiter pour se développer. Et provoquer ensuite une inflammation, puis un bouton (on parle aussi d’acné inflammatoire).

Quels sont les facteurs qui la déclenchent ?

Trois grands facteurs sont incriminés dans l’acné hormonale :

- Bien entendu, un dérèglement ou un changement hormonal. Il peut se produire lors d’une grossesse, avant la ménopause, pendant les menstruations ou suite à un changement de pilule contraceptive. Il pourrait aussi être lié à un épisode de stress augmentant le taux de cortisone dans le corps pouvant produire des inflammations. Enfin, un dérèglement hormonal peut être lié à un problème de thyroïde, une des glandes qui régit nos hormones.

- L’alimentation. En particuliers les produits laitiers qui font grossir les glandes sébacées, causant ainsi une production de sébum en excès et des inflammations. 

- Le tabac. Ce n’est pas une surprise, le tabac fait des ravages et il est aussi mauvais pour la peau. En effet, fumer épaissit la couche superficielle de l'épiderme, et déclenche une rétention du sébum. Il ne peut plus s’évacuer correctement et crée un bouchon, puis un bouton. De plus, fumer ralentit la cicatrisation !

Quelles solutions contre mon acné ?

L’acné hormonale est difficile à soigner, mais l’association de plusieurs méthodes peut aider à la réduire considérablement, avec un peu de patience.

- D’abord, bien manger : puisque l’alimentation joue un rôle majeur dans la santé de notre peau, notamment sur l’acné, manger équilibré est un des premiers bons réflexes. Le régime méditerranéen, qui contient majoritairement des aliments anti-inflammatoires, aide le sébum à se réguler et les boutons à se résorber. Foncez !

- Ensuite, faire un tour chez l’endocrinologue : on peut y demander un bilan hormonal pour déterminer si un changement de pilule est nécessaire, si nous avons des hormones androgènes en excès (celles qui accentuent notre pilosité), ou encore si nous avons un problème de thyroïde à traiter.

- Et bien sûr chez le dermato : on pourra se voir prescrire un traitement local type rétinoïdes ou erythromycine pour assécher les boutons. Un traitement antibiotique par voie orale pourra aussi être une option, et dans certains cas d’acné très sévère, le fameux Roaccutanne mais dont la prise nécessite beaucoup de précautions.

- Ou chez l’esthéticienne : on peut y faire un nettoyage de peau par incisions. C’est très douloureux mais on se débarrasse des microkystes et des comédons pour un bon moment.

- Et puis à la maison : chez vous, le choix des crèmes de jour et de nuit a aussi un impact sur la qualité de votre peau. Un gommage deux fois par semaine l’aidera également à se débarrasser des cellules mortes et à devenir plus lisse. Mais attention, des nettoyages trop fréquents ou des formules trop agressives peuvent au contraire irriter et exacerber les imperfections ! Choisissez vos crèmes en pharmacie pour rester hydratée tout en réduisant l’excès de sébum en douceur. Côté huiles essentielles, un mélange à base de tea tree, romarin et géranium dans une huile végétale aide à réduire les cicatrices et les boutons inflammés.