Les joies du syndrome prémenstruel

Les joies du syndrome prémenstruel 

Le Syndrome Prémenstruel – SPM pour les intimes – désigne tous les symptômes physiques et émotionnels que ressentent les femmes à l’approche de leurs règles. Il se manifeste généralement 2 à 7 jours avant l’arrivée des menstruations, mais les plus chanceuses d’entre nous peuvent en ressentir les effets jusqu’à deux semaines avant leurs règles. Différents symptômes physiques et psychiques, causes, solutions… on vous explique tout ! 

Les manifestations diverses et variées du SPM 

Gonflement et tension des seins, douleurs dans le bas ventre et au niveau des reins, ballonnements, bouffées de chaleur, poussée d’acné, fatigue avec des possibles chutes de tension et/ou vertiges, maux de tête, troubles de l’appétit, troubles digestifs, prise de poids et sensation de jambes lourdes pour ne citer que les plus répandus : la liste des signes annonciateurs de l’arrivée des règles n’en finit pas ! Fort heureusement, chaque femme ne ressentira pas tous ces effets plus agréables les uns que les autres. En effet, la liste des symptômes et leur intensité varient d’une femme à l’autre, et peuvent même évoluer au fil des cycles menstruels. 

Si ces manifestations physiques du SPM sont bien connues, les troubles psychiques qui les accompagnent sont eux souvent ignorés. Sautes d’humeur et irritabilité sont généralement de mise à ce moment-là du cycle, de même qu’anxiété, diminution de la libido, troubles du sommeil, troubles de la mémoire et de la concentration… Encore toute une partie de plaisir ! 

Un symptôme à ne pas prendre à la légère 

8 femmes sur 10 disent éprouver des modifications physiques et psychologiques à l’approche de leurs menstruations. Le SPM est même handicapant pour environ 25% de la gent féminine. Il n’est donc vraiment pas à prendre à la légère ! D’autant plus qu’il se manifeste parfois sous une forme plus sévère : le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM). Les symptômes psychiques sont alors exacerbés et plongent les femmes dans un état proche de la dépression - certaines ont même alors des pensées suicidaires. Un véritable fardeau qui se répète tous les mois pour environ 3 à 8% des femmes en âge de procréer, d’autant plus que beaucoup ignorent qu’elles en sont atteintes.  

La cause encore incertaine du syndrome prémenstruel 

La cause du syndrome prémenstruel n’est pas encore bien connue. En effet, le SPM peut se manifester par plus de 150 effets différents, ce qui rend toute étude scientifique plus compliquée. 

Certaines hypothèses existent toutefois, la plus répandue étant celle du brusque changement du taux d’hormones féminines dans le sang au moment de l’ovulation. Mais d’autres pistes sont également avancées : facteurs génétiques ou même carences en vitamines et minéraux pourraient être à l’origine du syndrome prémenstruel.  

Les éventuelles solutions pour combattre le SPM

Plusieurs solutions sont à envisager pour réduire l’intensité du SPM. 

Tout d’abord, réduire son niveau de stress ne peut être que bénéfique. Ne lésinez donc pas sur les activités relaxantes comme le yoga, la méditation ou les marathons Netflix avec bouillotte et tisane.  

Un meilleur style de vie pourrait aussi vous aider à combattre le SPM. Et oui, bouger et manger 5 fruits et légumes par jour est la solution à beaucoup de nos problèmes !  En effet, le stress, le tabagisme, une trop grande consommation de sel, de sucre et de café, l’alcool, la sédentarité et le manque de sommeil seraient des facteurs favorisant le SPM. 

Enfin, être informée permet de vivre cette période plus sereinement. Comprendre et suivre son cycle menstruel, savoir identifier les symptômes et pouvoir se dire « ce n’est pas moi qui suis nulle, c’est hormonal » permet d’accepter le SPM et de le vivre mieux. Savoir que l’on n’est pas seule peut également être réconfortant, alors n’hésitez pas à suivre des comptes instagram comme le bien nommé @spmtamere !

 

 

Anne Andrieu