Le flux instinctif libre : de la théorie à la pratique.

Comment pratiquer le flux instinctif libre ?

Par Flore

Avez-vous déjà entendu parler du flux instinctif libre ? Dans cet article, on vous dévoile tout pour passer (ou pas) de la théorie à la pratique !

Pourquoi s’y mettre ?

En pratique, le flux instinctif libre comporte de nombreux avantages :

-          Une méthode économique : Saviez-vous qu’une femme dépense en moyenne 18€ par mois pour ses protections hygiéniques ? Sans compter les sous-vêtements neufs régulièrement achetés à cause des fuites. En pratiquant le flux instinctif libre, dîtes adieu aux serviettes, tampons ou coupe menstruelle.

-          Une méthode écologique : si vous vous souvenez de notre dernier article sur la réduction des déchets pendant les règles, vous savez que 45 milliards de serviettes hygiéniques sont jetées chaque année dans le monde, chacune mettant environ 500 ans pour se dégrader. Une vraie catastrophe écologique. Ici vous n’avez rien besoin de plus que vos petits muscles du périnée pour vous aider à rester au sec !

-          Une méthode saine : En évitant les protections hygiéniques, on évite également les produits toxiques aux noms barbares contenus dans celles que l’on trouve en grande surface : BMHCA, HAP, pesticides, dioxines, furanes, DnOP, …

-          Une méthode émancipatrice : Plus besoin de demander à votre meilleure copine si elle a un tampon dans son sac, dorénavant, votre meilleur allié, c’est vous !   

Concrètement, on fait comment ?

Tout d’abord, il va vous falloir un peu de patience et beaucoup de sérénité. Profitez peut-être des vacances pour le pratiquer la première fois. Prenez un peu de temps pour muscler votre périnée et testez lors des jours de règles peu abondants. Nous vous conseillons également de vous équiper d’une culotte menstruelle SMOON afin de vous lancer sans risquer de tâcher vos vêtements.

Ensuite, un peu comme en méditation, écoutez votre corps. Essayez de sentir le sang couler le long de votre vagin et contractez votre périnée pour le retenir. Ensuite, il vous suffit de vous rendre aux toilettes et de relâcher les muscles pelviens et notamment votre périnée afin de laisser écouler le sang retenu à l’intérieur.     

Une méthode qui fait polémique

Bien que le flux instinctif libre ait l’air simple en théorie, rares sont les femmes ayant essayé qui continuent à le pratiquer. En effet, cette méthode est :  

-          Contraignante : il vous faut impérativement des toilettes aux alentours, tout du moins au début, et un peu de temps au calme pour ressentir les sensations dans votre corps. Pas facile quand on court partout et que l’on passe du métro bondé le matin aux innombrables tâches qui nous attendent au bureau.   

-          Inaccessible pour certaines femmes : pour celles ayant des règles très abondantes, à moins de passer votre vie aux toilettes, stopper un écoulement quasi illimité relève presque de l’impossible.

-          Compliquée anatomiquement : Contrairement à l’urine dont la sortie est contrôlée par notre urètre, pour nos règles, il n’y a aucun sphincter empêchant le sang de s’écouler. Seul notre muscle périnéal entrave sa sortie, autant dire qu’on n’a pas intérêt à se relâcher sinon c’est la catastrophe assurée.

-          Incertaine la nuit : même si l’on dort, notre corps lui continue de fonctionner et notre sang de s’écouler. La question se pose alors : comment empêcher l’écoulement lorsque nous relâchons nos muscles pour dormir ?

 

Au-delà des avantages et des inconvénients, c’est avant tout une question de ressenti. Écouter son corps n’est pas toujours facile mais si vous êtes à l’aise avec vos sensations (et vos menstruations), il ne vous reste plus qu’à tester par vous-même. Et pour celles qui ne se sentent pas prêtes à sauter le pas mais qui ont envie de libération vis-à-vis des protections classiques, la culotte menstruelle est l’alliée idéale ! Retrouvez notre article sur les 5 bonnes raisons de l’adopter juste ici

 

Mathilde HousetCommentaire